LA CLASSE THÉRAPEUTIQUE

LA CLASSE THÉRAPEUTIQUE

« The more I am involved in learning French, the more it is confusing my English. » (Plus j’apprends le français, plus je suis confuse en Anglais).J’ai entendu cette phrase d’une étudiante  qui exprimait ainsi le conflit psychique auquel sont soumis les apprenants de langues étrangères dans le processus d’acquisition de la langue apprise (L2) tout en préservant leur langue maternelle (L1). On se pose alors la question de savoir quelle est la source de ce conflit et comment y remédier?

Les apprenants de langues étrangères (dans le cadre de cet exposé, il s’agira du Français Langue Etrangère) sont constamment en conflit psychique lors du processus d’acquisition de la langue étrangère (Boyer, 1996). Le passage de L1 à L2 entraîne un changement de répertoire linguistique/culturel et social qui se traduit par des confusions de mots, des lapsus et des pertes de mémoire. Ces confusions pourraient influer négativement sur le processus d’acquisition langagière (Pirlot, 2011) laissant à son tour place au stress  qui peut décourager les apprenants.

Voici quelques-unes de ces confusions répertoriées lors de certaines de mes classes de FLE  pendant des tâches de production orale (Il y’en a certainement une pléthore) :

“J’aime la  fesse  de Béyoncé”  pour dire “j’aime la face de Béyoncé”

“Je cherche où me couper la tête” pour dire “je cherche où me couper les cheveux”

-“La bit de la musique” pour dire le bit de la musique

“J’aime beaucoup coucher” pour dire “j’aime beaucoup dormir”

L’étudiante qui dit à l’enseignant “je t’aime le chocolat” en voulant dire “j’aime le chocolat”

La compréhension de ces confusions pourrait faciliter la transmission des compétences langagières et permettre à l’apprenant de se comprendre lui-même. A l’aire de la promotion de la perspective actionnelle comme approche de référence dans la gestion des classes de langue étrangère (CECR, 2000), il serait peut-être temps d’envisager véritablement la classe comme un groupe social à part entière (Puren, 2006) et les tâches comme des actions réalisées dans un groupe pouvant les aider à se libérer de tout stress d’apprentissage.

Voici quelques astuces qui pourraient aider à réduire le stress d’apprentissage lors des classes et améliorer la qualité de l’acquisition chez les apprenants :

Prendre en compte l’interculturalité. J’ai constaté qu’en demandant à chaque apprenant de s’exprimer sur la dimension culturelle des activités menées en classe, ces derniers étaient plus confiants et plus motivés à apprendre.

L’humour est indispensable pour rebondir sur certaines des fautes des apprenants. La plupart des classes pleines d’humour  détendent l’atmosphère et les apprenants sont moins focalisés sur leurs difficultés que sur l’ambiance dans laquelle ils apprennent. A la fin des cours, les apprenants et l’enseignant ne sont pas fatigués, ne veulent pas se séparer et tous attendent la prochaine classe avec impatience !

Amener les apprenants à s’exprimer sur leurs difficultés même si parfois ils doivent le faire dans leur langue maternelle (L1).L’emphase est plus mise sur l’apprenant que sur la langue. Les apprenants ressentent que vous vous intéressez à leurs peines. Et comme on le dit en psychologie « plus vous parlez de votre souffrance psychique, plus vous êtes soulagés». Vous pourrez ainsi mieux cerner leurs difficultés d’apprentissages  à partir de leurs discours.

Ces astuces ne sauraient être exhaustives et c’est  l’occasion  pour les enseignants de partager ce qui marche pour eux. Les apprenants pourraient faire mention de ce qui les aiderait le mieux à se sentir moins stressés dans les classes de langue étrangère.

Mots clés : Acquisition langagière ; Classe thérapeutique ; Confusion ; Stress d’apprentissage ; Perspective actionnelle.

Par Hervé-Boris NGATE,Psychologue/Formateur de Langues et Cross-Culture.

————————————————————————–

Bibliographie

Cadre Européen Commun de Référence des Langues (2000). Conseil de l’Europe /Les Editions, Didier.

BOYER, H. (1996). Sociolinguistique, Territoire et objets. Delachaux et Niestle S.A., Lausanne (Switzerland) Paris.

Pirlot,G et al (2011).Réflexion sur l’usage des langues dans l’évaluation psycho(patho)logique appliquée à la création littéraire (S.Beckett, J.Green,V. Nobokov),Evol psychiatr,76 (3)433-447.

Puren, C. (2006). De l’approche communicative à la perspective actionnelle. Le français dans le Monde, 347, pp. 37-40.

 

Advertisements

2 thoughts on “LA CLASSE THÉRAPEUTIQUE

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s